Quand le bureau est à trois pas de la chambre à coucher

J’ai commencé à travailler depuis chez moi et je dois dire que c’est plutôt étrange. C’est un rythme auquel il faut s’habituer. Pour moi, ça ressemble à des journées d’études, avec moins de pauses et une plus grande autodiscipline.

J’aimerais avoir un bureau à moi, une pièce dans laquelle m’enfermer et prétendre que plein de collègues de travail passent derrière moi, en entendant la voix de mon patron et le ronronnement de la photocopieuse. Tout ceci mêlé aux klaxons des voitures sur Sainte-Catherine et aux sirènes des pompiers. Des sons typiquement nord-américains, et une impression vague d’être à Manhattan.

C’est fou comme le centre-ville de Montréal est fait pour travailler. Tout rappelle le “business”, même les magasins.

Bref…Donc toute seule chez moi, je n’ai pas ça. J’ai plutôt le son des voisins et de la machine à laver. Et j’arrive très bien à travailler, mais on dirait que je ne me crois qu’à moitié. Suis-je vraiment en train de bosser? C’est fou à quel point le cadre conditionne la perception de nos activités.

C’est comme quand on fait une séance d’entraînements à la maison. On n’a jamais l’impression que c’est aussi efficace qu’au gym, même si on y a mis la même dose d’efforts.

~ by Stéphanie K. on December 29, 2006.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: