Elle inspire.

Son visage plissé, ses deux cicatrices et ses cheveux crasseux sentent la rose. Il n’est pas le seul à dégager cette odeur, tous les personnages qui l’accompagnent ont le même parfum. L’effluve n’est pas dans le film, elle est dans la salle. Peu importe d’où elle vient, peu importe que je sache exactement de quelle marque de shampoing il s’agit, je ne sais pas qui la porte, alors je l’attribue au clown triste, et c’est le plus important. Parce que je ne veux pas me souvenir sans odeur, je ne pourrai plus la sentir sans penser à lui.

~ by Stéphanie K. on July 30, 2008.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: