Il ne faut pas avoir peur de la bête.

Dans ma maison ronde faite de bois clair et de grandes vitres, j’attends le chef de la tribu. Puisque je viens de m’installer sur le territoire d’Amérindiens, ils doivent d’abord m’accepter. Je le sais car hier soir, ils ont couru autour de ma maison en hurlant et en feulant. J’y dormais déjà, sans leur autorisation.

Toute la communauté est là, précédée du chef. Celui-ci a la peau mate et de grands yeux noirs. Il semble m’apprécier. Il aime ma maison. C’est vrai que c’est un havre de paix. Je serai heureuse de les avoir pour voisins et de les inviter à chaque fois qu’ils le voudront. Ils remarquent les filets à rêves accrochés aux fenêtres et sourient.

Le chef me dit que pour être acceptés sur le territoire, ma famille et moi devons réussir une épreuve. De grands loups apparaissent. “Laissez-vous prendre dans leur gueule et traîner jusqu’à moi”. Nous nous regardons, apeurés. Puis, l’un après l’autre, nous tendons une main aux bêtes, qui la prennent dans leur gueule et nous tirent. Étonnamment, ça ne fait pas mal. Nous sentons qu’elles pincent juste assez fort pour avoir prise, mais qu’elles font attention de ne pas nous blesser. Ce qui paraissait terrifiant devient amusant. Nous voyons le chef rire.

Il nous regarde nous relever, puis nous dit:”Bienvenue chez nous. Il ne faut pas avoir peur de la bête. Elle est aussi là pour nous protéger.”

Nous aurons à présent des loups qui garderont nos fenêtre. Nous sommes en paix.

~ by Stéphanie K. on June 3, 2009.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: